logo_HU_1

UNITE DE RECHERCHE INTERNATIONALE TRANSDISCIPLINAIRE TAZIEFF - URITTAZ

Les auteurs des fresques fabuleuses de la grotte Chauvet, dans les gorges de l’Ardèche, pouvaient-ils avoir échappé devant les volcans alors en éruption en Europe, à cette fascination doublée d’interrogation ontologique qui, trente ou quarante millénaires plus tard, a saisi Haroun Tazieff en Afrique centrale, dans la chaîne des Virunga, au nord du lac Kivu ?

L’histoire des sciences de la Terre souffre d’un étrange point aveugle : l’oeuvre du volcanologue qui a ouvert la voie à la volcanologie contemporaine lui a échappé jusqu’ici. Mieux, alors même que Tazieff a vu l’image du vivant dans les halètements du dragon tellurique, aucune anthropologie du volcanisme ne s’est attachée au rapport primordial, premier et permanent de l‘homme au phénomène éruptif. Ce rapport est lisible dans les fresques de la grotte Chauvet et c’est par la connaissance de l’oeuvre Tazieff qu’il y fut découvert.

Rapport au volcanisme et concept de territoire, c’est la diversité de leurs intrications repérables par l’étude ethnographique, ethnologique, linguistique, cognitive et anthropologique que l’Unité de Recherche Internationale Transdisciplinaire Tazieff (Urittaz) a pour objet d’explorer par des pratiques inscrites dans diverses contrées du Globe. Cette recherche transdisciplinaire inédite est placée sous l’autorité scientifique de l’Observatoire Volcanologique de Goma (République Démocratique du Congo), au pied du célèbre Nyiragongo où la volcanologie moderne est née en 1948 de son exploration pionnière par Haroun Tazieff.

Fermer le menu
×
×

Panier